Avoir des enfants, c'est se projeter dans l'avenir, avoir un temps d'avance, anticiper en permanence. C'est en tout cas comme çà que je vis depuis que mes enfants sont nés.
Je vis le moment présent mais dans un coin de ma tête, je pense à demain sous toutes ses formes. En faisant les courses alimentaires, en achetant des vêtements, des chaussures, en pensant à leur scolarité, aux vacances, en louant une voiture pour le week-end, en achetant des tickets de bus, etc.
Le 2è trimestre se termine, nous avons rempli la fiche d'orientation pour Grande fille : la classe de 1ère et le bac de français de profilent à peine que je lui achète L'Etudiant magazine !
Les vacances de février n'avaient même pas commencé que je faisais une réservation pour les vacances de Pâques et que nous remplissions les demandes de colo pour l'été prochain en x exemplaires !
En faisant les fins de soldes et diverses braderies, je pense à la rentrée des classes, à l'hiver prochain...
Une petite rentrée d'argent s'annonce que nous rêvons à un nouveau meuble de cuisine, une étagère, un canapé !
L'autre jour au supermarché, en faisant la queue à la caisse, j'ai eu le temps d'observer la mère de 2 enfants derrière moi. Arrivée avec un caddie aux 3 quarts vides, elle a profité de la longue attente pour le remplir, pendant que ses enfants de 5 & 9 ans se chamaillaient. Elle, maman, la quarantaine, trench ouvert, méga sac fourre tout, cheveux aux vents, me faisait penser à Sophie Marceau dans LOL. On la sentait peu habituée à faire les courses, demandant à ses enfants si elle n'avait rien oublié (pour qu'ils lui fassent remarquer qu'elle n'avait pris que la moitié de ce dont ils avaient besoin). On sentait l'improvisation totale et le lâcher prise face aux évènements.
Face à elle, je me suis sentie vieille, rigide tout en sachant que je ne pourrais pas faire pareil car le montant de mon caddie exploserait et ma famille ne serait pas nourrie correctement.
Il y a des moments où j'aimerai être légère, insouciante, vivre uniquement l'instant présent mais ces moments-là se résument à aller au cinéma ou à se faire livrer chinois ou pizza malgré le menu de la semaine...
C'est là toute ma révolte de mère de famille nombreuse débordée face à l'angoisse du lendemain : remettre à plus tard la vaisselle, la lessive, surfer sur le net !!!
Il y a quelques mois encore, nous pensions vacances d'été en famille, puis les catalogues de colo sont arrivés. Tit'puce partira pour la 1ère fois, avec Minette, pendant 12 jours en juillet ; Grande fille et Mr Pokémon partiront 3 semaines chacun de leur côté. Petit mari et moi nous retrouverons seuls pendant 9 jours (eh oui j'ai compté !) pour la 1ère fois depuis 6 ans ? 7 ans ? 8 ans ? Bref, je ne sais plus ! Drôle de sensation de se dire qu'on sera tous les 2, qu'on pourra faire ce qu'on veut.
Oui en juillet, pendant 9 jours, nous pourrons vivre au jour le jour, sans s'organiser, sans anticiper...