J''ai appris 2 choses au cours des 10 années passées en cancérologie : ce qui reste au bout du chemin, ce sont les souvenirs des bons moments passés en famille et/ou avec des amis et les plaisirs de la table.
Quand on peut cumuler les 2, il n'y a rien de mieux !

Je ne sais pas à quel âge on commence à faire des choix difficiles, des trucs qui ne nous plaisent pas mais font de nous des personnes raisonnables. On pourrait se dire que, dès le plus jeune âge, on renonce à un tas de petits plaisirs parce que la volonté des parents est plus forte que celle d'un petit enfant, que l'on vit finalement dans un état de frustration permanente. Je crois que le choix est réellement difficile quand on a conscience de ce à quoi on renonce et qu'on le fait malgré soi, malgré tout.

Hier avait lieu la sortie de classe annuelle de Grande fille au Parc Astérix. C'était l'occasion de passer une journée entre camarades, en dehors des murs du lycée, sans uniforme, juste pour s'amuser. Mais hier, Grande fille avait un examen de violoncelle au conservatoire à 18h50. Bien entendu, elle aurait voulu pouvoir tout faire. Mais pas moyen de risquer d'être en retard, fatiguée, etc. Alors elle a renoncé à cette sortie à laquelle elle tenait tant. Elle a pleuré aussi. Pour rendre la pilule moins amère, j'ai demandé à ce qu'elle quitte la LH à midi et nous nous sommes retrouvées à Paris. Elle avec sa petite valise et moi, chargée comme un mulet après une matinée de shopping. Parce que je devais acheter des pâtisseries pour notre dîner d'anniversaire de mariage, nous avons déjeuné toutes les 2 chez Ladurée, rue Royale.
Un déjeuner improvisé mais dont Grande fille se souviendra j'en suis sûre. Comme j'étais en retard, elle a demandé une table, commandé son coca light et commencé à regarder la carte tout en affrontant les regards inquisiteurs des autres clients. Un fameux déjeuner mère-fille quand on a à peine 15 ans !

Photo_001
éclair salé au saumon d'écosse, concombre, pomme et fraise

Photo_004
millefeuille citron-bergamote

Elle a été admise en 5è année de cycle 2 : hypocrisie des profs pour lui signifier qu'elle a râté l'admission en 3è cycle. Doublement hypocrite quand on sait que tous les élèves privilégiant leurs études râtent ce fameux examen, histoire de leur faire comprendre qu'ils ne peuvent prétendre réussir s'ils ne passent pas 3h par jour à travailleur leur instrument.
Grosses larmes d'une ado qui a fait des sacrifices cette année, des choix pas faciles, des trajets à n'en plus finir juste pour être à son cours de violoncelle tous les mercredis après-midi, qui aura plus travaillé cette année qu'au cours des 4 précédentes, qui a perdu 10 kg et 2 tailles de vêtements juste pour tout mener de front...

Mais cette année, elle a gagné en autonomie, en maturité. Elle a atteint ses objectifs personnels, passe en 1ère S, a rencontré un prof de musique génial, fait la fierté de ses parents, de son frère, de ses soeurs.
Elle a aussi gagné le droit de partager le dîner d'amoureux de ses parents et de dévorer le Saint Honoré rose framboise de sa maman, juste parce qu'hier était une journée spéciale, une journée mère-fille où l'on voit son enfant grandir et reconnaître l'adulte qu'il est en train de devenir, malgré les souffrances, les échecs. Cela n'a pas de prix et on console très bien avec de l'écoute, de l'amour et un bon gâteau !