Ce n'est pas que je n'ai pas le temps, je l'occupe différemment.

Je fais connaissance avec mes collègues kinés, je redécouvre ma ville, je rencontre des anciens camarades d'école, je discute avec mes patients, je fais le tour des pharmacies et des maisons de retraite, j'apprends à organiser mon temps, à chronométrer mes trajets et mes soins, à briefer ma mère qui s'occupe de Minette et Tit'puce à la sortie d'école.

Je me crée une nouvelle vie, je pédale, je marche, je transpire...

J'ai moins de temps pour bloguer, en tout cas pas aux heures où j'avais l'habitude de le faire ; je dois me définir de nouveaux créneaux car je tombe de sommeil à 22h30.

Tit'puce "adore le travail à l'école" ! Les heures de cours d'instruments, de danse, de basket, de handball sont définis. Nous avons réussi à libérer les mercredis et les samedis et j'attends avec impatience que ma collègue démarre le 23 septembre. Si tout va bien, je devrais travailler tous les lundis, mardis et mercredis plus un week-end sur 2, ce qui me permettra de reconduire mon "jeudi des mamans" en allant au cinéma, voir des expos, déjeuner avec mes copines ou ma mère, me consacrer un peu de temps. J'espère pouvoir m'inscrire à des activités telles que le yoga ou la sculpture l'an prochain...

Petit mari s'est réinscrit au cours de guitare et se tâte pour le théâtre (ce qui me laisse bouche bée).

Boy doit encore s'inscrire à l'aumônerie des collèges et Minette au catéchisme afin de préparer sa 1ère communion.

Il me tarde aussi de reprendre mes essais culinaires, de farfouiller dans mes livres mais en ce moment, j'ai trop la boule au ventre pour çà.

J'ai du temps mais pas le temps, à la fois trop et pas assez, peur de prendre de mauvaises habitudes avant d'être lancée, peur de réussir, peur de râter, juste envie d'avancer, de mettre un pied devant l'autre sans se tromper de chemin.