Une grosse boule à l'estomac...

Le genre de grosse boule qui signifie "je culpabilise à mort", "je suis une mauvaise mère"...

Le genre de grosse boule que je mets du temps à digérer alors que je sais très bien que ce n'est pas de ma faute, que je dois trouver une solution pour l'aider.

Grande fille s'est complètement écroulée au 3è trimestre et contrairement aux autres années où ses notes vont croissant, cette fois-ci, c'était juste au 2è trimestre et presque la cata aujourd'hui. Bon j'exagère peut-être, mais quand on est scolarisée dans un lycée qui veut du 100% de réussite au bac... Vous comprenez la suite...

Inutile de compter sur l'aide de Petit mari, de toute façon les aides parentales sont rarement efficaces avec les ados. Mais çà fait mal. Et là, j'ai 2 problèmes : la rancoeur vis-à-vis de l'un qui refuse son aide et vis-à-vis de l'autre qui pensait s'en sortir seule et qui s'est plantée.

Ok çà va passer, sa vie n'est pas gâchée, je sais tout çà. J'aurai juste voulu lui éviter çà.

Elle a choisi une voie avec laquelle je n'étais pas forcément d'accord mais j'ai respecté son choix, sauf qu'elle n'avait pas mesuré les efforts qu'il lui faudrait fournir surtout en continuant le violoncelle à côté.

Aujourd'hui, elle passe son examen de violoncelle et risque de tout râter avec l'épée de Damoclès qu'elle a au-dessus de la tête. Il y a aussi le bac de Français, l'extraction des 4 dents de sagesse sous AG... Il y a la prof principale à convaincre de lui accorder sa chance.

Comme tous les parents inquiets, je viens de faire un tour sur le net et en lieu et place du stage de violoncelle et de musique de chambre, elle aura des cours particuliers de maths, de physique et de méthodologie au mois d'août (certainement 2 à 3h par jour pendant 3 semaines) et un stage "intensif" de pré-rentrée.

Celà me renvoie aussi en pleine face les problèmes des "enfants précoces" : elle ne sait pas travailler ! A trop compter sur ses facilités, il y a bien un jour où la réalité vous rattrape. Il n'y a rien de mal à accélérer quand il y a besoin et à prendre son temps un peu plus tard. Sauf que je ne suis pas sûre qu'un redoublement serait efficace dans son cas. Je crois qu'elle a besoin d'en finir, de passer à autre chose, de faire ce qu'elle aime avant tout.

Mon rôle de parent : l'accompagner, la soutenir, l'aider à avancer mais pas facile quand çà vous renvoie à votre propre histoire et à vos choix d'adulte.

J'étais à la recherche de la perfection, pensant naïvement que çà protègerait mes enfants de l'échec. C'était puéril comme raisonnement, je le sais depuis quelques temps déjà, mais c'est ce qui m'a permis de faire face. Aujourd'hui, ce n'est pas moi que je dois aider mais ma fille..