Pendant que certains font la révolution bruyamment contre des tyrans, d'autres font la révolution silencieuse au sein de leur foyer, au boulot... Je fais partie de la 2de catégorie. Dernièrement, j'ai multiplié les déjeuners ou dîners avec mes copines (anciennes et nouvelles) où nous avons refait nos histoires, critiqué nos maris, parlé de nos joies, de nos dernières peines, de nos envies.

Je pars avec 2 d'entre elles à New York en septembre : mon 1er "voyage de filles".

Les enfants ont décidé de partir en colo en juillet alors nous nous contenterons de week-ends et petites vacances en famille. Pour la 1ère fois depuis 20 ans, j'ai dit à Petit mari qu'il pouvait fixer ses congés d'été comme il veut...

Là, je suis assise à écrire ce post et je soupire devant la pile de linge qui m'attend. J'adore les vacances ; je déteste faire les valises ! Encore et toujours les mêmes corvées, les choses à répéter, les listes à faire ; encore et toujours les vêtements qui manquent, alors que mon panier à linge est vide, et les enfants avec leur air stupide sur le visage, attendant que Maman fasse un miracle...

Celà ressemble à une mère débordée et aigrie là, non ? Juste un gros ras-le-bol car malgré les changements, les réorganisations, il y a des choses qui ne changent pas. Pourtant, j'ai trié, rangé, jeté, donné, fait les achats nécessaires. C'est peut-être pour çà que je m'offre ces vacances "seule", juste pour que la corvée redevienne un plaisir : une seule et unique valise à faire !!!

Ouais, des fois la mère débordée a de drôles de rêves...