Réaliser que j'ai besoin de mettre de l'ordre, en moi tout d'abord. J'apprends à faire de vraies listes, plus seulement à noter des choses sur différents carnets. Faire des listes pour m'organiser, pour me souvenir, garder des traces, que ma vie ne soit pas juste une suite de jours... Mon entrée dans la quarantaine s'accompagne d'une peur d'oublier, de la peur d'avoir vécu une vie inutile, de n'avoir rien appris. En 40 ans d'existence, j'ai vécu des choses que j'ai oublié, je ne me souviens plus de certains évènements liés aux enfants que je croyais fermement inscrits pour toujours dans ma mémoire ! J'oublie des mots, des titres, mes pensées s'envolent alors je fais des listes. La liste des livres que je veux lire, celle des livres à lire, celle des livres en cours, celle des livres que j'ai lu. Pareil pour les films... Je critiquais une copine récemment pour son côté "bonne élève" : quand elle s'intéresse à un sujet, il faut qu'elle l'étudie à fond, quitte à s'em...... avec un tas détails ou d'oeuvres barbantes. Aujourd'hui, je prends presque le même chemin. Pour ne pas oublier, pour être moins superficielle, je gratte un peu, j'approfondis, je complète. En faisant une liste des films de Woody Allen que j'ai vu, j'ai eu envie d'en voir d'autres, de connaître un peu mieux sa filmographie.

Les vacances glandouilles ou ma journée pyjamas sont parfaites pour çà : journée de pluie => Manhattan, film de WA en noir et blanc de 1979. Celà me permet de noter aussi la musique, de comparer son Manhattan à mes 2 séjours à NY, de noter ce que j'aimerai voir lors d'un prochain voyage encore... C'est aussi le plaisir de voir Diane Keaton, ou encore Meryl Streep. C'est aussi la mode, les tenues des femmes de mon enfance, de ma mère... Et çà entraîne encore des listes supplémentaires : à voir, à faire, à lire, à écouter, à acheter...