Il semblerait qu'il y ait 2 sous catégories de mères de familles nombreuses : celles qui travaillent à l'extérieur et celles qui restent à la maison (et exerçant parfois une activité freelance ou de télétravail). 

Les 1ères sont vues comme les reines de la débrouille, ayant toujours les bons plans pour tout : babysitter, enfant malade, courses, etc.

Les 2des sont supposées être à la disposition de tous et de toute la famille puisque toujours à la maison...

Je me contenterai de parler de la 1ère sous catégorie puisque c'est celle que je connais le mieux ! 

Donc étant une mère de famille nombreuse qui travaille, en plus j'ai connu depuis 20 ans les horaires décalés, le travail de nuit et le week-end, j'ai la réputation d'être celle qui donne des complexes à son entourage, car je m'en sors super bien... Les gens voient toujours les choses de manière idéale de l'extérieur et je dirai même qu'ils s'en fichent de vos petits problèmes d'intendance, dès lors que vous avez choisi d'avoir plus de 2 enfants, voire plus de 1 maintenant, du moment que vous ne leur demandez rien.

Avec le recul, je sais que malgré mes belles paroles, tous nos arrangements et nos multiples organisations, il y a des choses qu'on a loupé avec Petit mari mais heureusement, nous avons aussi de bons enfants, qui ne jugent pas utile de créer trop de soucis à leurs parents.

Oui, avec 4 enfants, je m'en sors bien mais c'est aussi parce que leur père, bien que très pris par sa carrière, a su accorder quelques priorités. Nous avons fait ce choix à 2, nous l'assumons à 2, même si clairement j'assure beaucoup plus que lui !

Au travail, j'ai toujours été "la grande gueule" mais au final, toujours la plus arrangeante, allant jusqu'à payer une babysitter pour garder mes enfants malades. Oui, honte à moi, j'ai fait çà pour ne pas laisser ma collègue nouvellement arrivée toute seule avec 16 patients cancéreux alors que mes 2 enfants (à l'époque) avait une gastro. Depuis 18 ans, Petit mari et moi avons jonglé entre les jours enfants malades, la babysitter, la nounou, la bonne copine, mon frère W et ma mère pour garder les enfants.

Il y a quelques semaines, j'ai eu comme un espèce de ras-le-bol quand ma collègue m'a demandé de la remplacer un vendredi soir pour qu'elle aille à la réunion de rentrée de sa fille qui est en PS de maternelle. En fait, j'avais juste oublié que je devais aller chercher Minette à la LH et j'étais sur le point d'accepter quand je m'en suis souvenue juste à temps. Puis au cours de la conversation, ma collègue m'avoue qu'en fait son compagnon, père de leur fille unique (oui oui vous avez bien lu) ne voulait tout simplement pas y aller à cette fichue réunion ! Il ne travaillait pas mais préférait rester à la maison pour ne pas se mêler aux autres c... de parents !!!

Euh, comment dire... J'ai vu rouge !!! Je lui ai dit et répété qu'un enfant çà se faisait à 2, qu'ils bossent tous les 2 et que c'est à eux de trouver des arrangements en priorité quand il s'agit de leur enfant car là, me sont revenus aux oreilles les changements de mon planning parce que "L ne peut pas faire 4 jours de crêche d'affilée" (ce que sa mère avait décrété pour son bien-être), que je devais forcément travailler le week-end où son compagnon travaille pour qu'elle reste avec sa fille, etc. 

Je crois que j'ai fait symboliquement un blackout, une overdose. J'en ai eu marre d'être celle qui s'arrange toujours, quitte à laisser Tit'puce seule tous les mercredis, qui s'arrange avec les patients pour les voir plus tôt s'il y a réunion parents-profs, qui va chercher Boy malade à l'infirmerie à la fin de ma tournée du matin alors que l'infirmière me téléphone à 10h, marre de croiser mon mari 30mn par jour et d'être absente le week-end... Je vous dis l'overdose totale : mon cerveau s'est bloqué !

J'ai râté plusieurs fêtes familiales, un mariage, nous n'avons pas pu faire de voyage pour nos 20 ans de mariage à cause de mon boulot, des week-ends du compagnon de ma collègue ou des jours de crèche de sa fille alors j'ai explosé et lui ai dit qu'être parent, c'est être dans l'anticipation permanente (même si cela n'évite pas le danger) et c'est toujours avoir une solution pour la sécurité de son ou ses enfants... Personnellement, j'ai attendu que mes enfants soient assez grands pour supporter l'organisation d'une vie d'infirmière libérale. Tout a un prix. Mais quand on n'est pas parent solo, on doit d'abord réfléchir à 2.

Avec ma collègue (si nous n'avons pas de remplaçante disponible), nous travaillons 15 jours par mois chacune : ce n'est pas le bagne ! Mon mari bosse du lundi au vendredi de 9h à 21h en gros, il a un jour de RTT à prendre obligatoirement par mois, sans compter les heures qu'il passe sur son ordinateur professionnel jusqu'à 2 voire 4h du mat en fonction des dossiers et/ou des réunions à préparer. Son compagnon bosse 10-12 jours par mois pour cause de travail en 12h à l'hôpital. J'ai 4 enfants ; elle en a 1. Dans l'affaire, je ne pense pas être la pire des collègues...

Miraculeusement depuis notre conversation, elle a trouvé une nièce, une tante ou sa mère en fonction des dates litigieuses entre nous ! Comme quoi tout est possible et nul besoin de jouer sur la pseudo-culpabilité éternelle entre mères. Car dans le fond, je crois que c'est de cela qu'il s'agit : la collègue qui se noie dans un verre d'eau avec un compagnon qui ne veut pas s'embarrasser des charges qui vous les transfère parce que vous, vous êtes wonder woman, vous vous en sortez super bien avec vos 4 enfants, bla bla bla bla bla bla. On vous passe la brosse à reluire pour mieux vous entourlouper !

Je pense que certaines se reconnaîtront peut-être alors s'il vous plaît, de temps en temps pensez que votre collègue aussi a ses galères, mais qu'elle ne pleurniche pas tout le temps, qu'elle parfois laisse ses enfants se débrouiller tous seuls, que le ménage n'est pas fait ou le dîner carrément pas prêt, que son mari aide un peu plus à la maison ou se charge des réunions parents-profs et des bulletins à récupérer, ou encore que c'est lui qui fait le taxi le soir à 20h30 pour aller chercher les enfants à la sortie de leurs activités, que ce sont les enfants qui vont en dépannage au Franprix parce que vous avez laissé 15€ sur la table... Non pas de miracle, juste que chacun y met du sien !

Et j'ai une pensée aussi pour les nouveaux grands-parents qui ont les petits-enfants 17 jours par mois sur 30 sous prétexte d'aider leur fille, qui en profite un peu, beaucoup, trop ?...